Tuscaloosa | VF | HD :

Regarder Tuscaloosa streaming film complet

Lien de telechargement :

Uptobox Uptodown HDlight 720p (VF)
Uptobox Uptodown HDlight 1080p (VF)

Tuscaloosa détails :

Tuscaloosa
Réalisateur(s) : Philip Harder
Acteur(s) : Devon Bostick, Marchant Davis, Natalia Dyer
Catégorie(s) : Drame, Historique, Romance
Qualité : HDlight 720p - 1080p

1972. Les manifestations de la guerre du Vietnam et la tension raciale grésillent dans la chaleur de fin d’été de Tuscaloosa, en Alabama. Billy Mitchell (Devon Bostick, Diary of a Wimpy Kid), récemment diplômé de l’université, passe l’été à travailler dans les jardins luxuriants d’une institution psychiatrique du vieux monde dirigée par son père psychiatre (Tate Donovan, Argo). Billy tombe amoureux de Virginia (Natalia Dyer, Velvet Buzzsaw, Stranger Things), une patiente peut-être folle, ou peut-être qu’elle est la seule personne sensée que Billy a dans son monde. Le meilleur ami de Billy, Nigel (Marchant Davis), s’implique dans un mouvement radical de terrorisme des droits civiques contre l’élite au pouvoir de Tuscaloosa, qui comprend le père de Billy. Billy est déchiré entre Nigel, son père et ses copains, et Virginia qui planifie son évasion avec ou sans Billy.

Telecharger Tuscaloosa en entier gratuit

4 Commentaires pour le film “Tuscaloosa” :

  1. Un premier film impressionnant

    Un film atmosphérique avec une romance excentrique et des nuances politiques. Ne jugez pas un livre par sa couverture. 10/10

  2. Intéressant sur plusieurs fronts

    Race, classe, privilège et guerre sont tous abordés dans un film visuellement époustouflant. L’expérience du réalisateur dans le monde de la musique se retrouve également dans la bande originale. 9/10

  3. Visuellement et audiblement agréable

    Magnifiquement tourné et joliment texturé. Je dois être d’accord avec une critique précédente que la partition a des notes de quelqu’un familier avec l’industrie de la musique. Bien joué! 9/10

  4. Devon Bostick et Natalia Dyer jouent des amants croisés dans l’adaptation à l’écran de Philip Harder du roman de W. Glasgow Phillips en 1972 en Alabama.

    Le réalisateur Philip Harder, dont les précédents crédits se composent principalement de clips musicaux pour des interprètes tels que Liz Phair, Hilary Duff, Foo Fighters et Prince, a choisi un sujet ambitieux pour ses débuts narratifs. Tuscaloosa , un drame de passage à l’âge adulte se déroulant dans l’Alabama des années 1970, traite de problèmes tels que la maladie mentale et les violents affrontements raciaux. Bien que cette adaptation cinématographique du célèbre roman de 1994 de W. Glasgow Phillip ne soit pas entièrement efficace pour gérer son scénario complexe, le film offre des performances convaincantes de ses deux rôles principaux et suffisamment d’éléments provocateurs pour le rendre digne d’attention.

    L’histoire tourne autour de Billy (Devon Bostick, Okja ), récemment diplômé de l’université et passant son été à travailler comme gardien de terrain à l’asile psychiatrique où travaille son père psychiatre (Tate Donovan). Là, Billy devient fasciné par Virginia (Natalia Dyer, Stranger Things ), une jeune détenue qui semble beaucoup plus libre d’esprit que malade mental. “Elle peut être folle, ou elle peut être la personne la plus saine que j’ai jamais rencontrée”, confie Billy à un ami, et son instinct peut avoir raison: Virginia lui dit qu’elle a été commise par son père parce qu’elle est une “nymphomane”.

    Bientôt, le couple profite de nuits loin de l’asile, avec Billy faufilant Virginia hors de sa chambre à l’étage supérieur en concevant une échelle de corde faite maison (il la compare en riant à Raiponce). Au fur et à mesure que leur relation se développe, l’ancienne cynique Billy devient inspirée par son aventurerie au cœur ouvert et décide de s’enfuir avec elle. Sa décision devient plus facile lorsque son père, qui a pris connaissance de leurs liaisons et n’approuve pas exactement, l’informe qu’il envisage d’effectuer une lobotomie sur Virginie.

    Pas tout Tuscaloosa implique la romance. La photo présente également le meilleur ami de Billy, Nigel (Marchant Davis), un Afro-américain qui est devenu de plus en plus militant et a finalement recours à des actes violents tels que l’attentat à la bombe contre un poste de police local. Cela n’aide pas leur relation que le père de Billy, une figure enracinée dans la société du Sud, soit très proche des autorités locales avec lesquelles il joue régulièrement au poker.

    C’est beaucoup de matériel pour un seul film. Et ce n’est même pas tout, avec un élément majeur de l’intrigue impliquant des flashbacks des années plus tôt lorsque la mère de Billy s’est enfuie avec une femme noire alors qu’il n’était qu’un enfant. Les deux amoureux ont fini par brûler à mort dans un accident de la route, et Billy soupçonne que son père pourrait en quelque sorte en être responsable.

    Harder, qui a également scénarisé, ne réussit pas à jongler avec la myriade d’éléments de l’intrigue. Ce qui a probablement trop bien fonctionné sur la page semble trop simpliste et hyper-mélodramatique sur film. Il y a aussi des moments où le scénario s’avère de loin trop évident, comme quand un personnage fait un commentaire sur George Wallace ne perdant aucun électeur même s’il a tiré sur quelqu’un qui fait trop consciemment écho à la remarque infâme similaire de Donald Trump.

    Tuscaloosa s’avère le plus réussi lorsqu’il s’agit des amoureux des étoiles traversées au centre de l’histoire, avec Dyer particulièrement magnétique comme la Virginie bohème qui sort Billy de sa stupeur existentielle. Bostick fait également du bon travail, tandis que Tate Donovan vole presque le film avec sa performance sournoise et discrète en tant que médecin moralement ombragé.

    Le cinéaste établit effectivement la période au cours de laquelle l’histoire se déroule avec de nombreuses images d’archives des discours de Wallace et de la guerre du Vietnam, entre autres. Et le décor du Sud est évoqué si authentiquement que les téléspectateurs seront probablement surpris d’apprendre que la photo a été entièrement tournée au Minnesota.