Bliss | VF | HD :

video
Regarder Bliss streaming film complet

Lien de telechargement :

Uptobox Uptodown HDlight 720p (VF)
Uptobox Uptodown HDlight 1080p (VF)

Bliss détails :

Bliss
Réalisateur(s) : Joe Begos
Acteur(s) : Dora Madison, Rhys Wakefield, Tru Collins
Catégorie(s) : Epouvante horreur, Thriller
Qualité : HDlight 720p - 1080p

Une brillante peintre confrontée au pire bloc créatif de sa vie se tourne vers tout ce qu’elle peut pour achever son chef-d’œuvre, se transformant en un enfer hallucinant de drogues, de sexe et de meurtre dans le ventre louche de Los Angeles.

Telecharger Bliss en entier gratuit

4 Commentaires pour le film “Bliss” :

  1. Écoutez, il n’y a pas vraiment beaucoup de choses qui se passent dans Bliss. Il y a beaucoup de configuration, en particulier pour un film d’horreur, et vous devez attendre un certain temps pour qu’il soit payant. Parfois, qui rappelle Starry Eyes, Bliss est un drame aux trois quarts – mais alors, nous, les fans d’horreur, ne disons-nous pas toujours à nos amis qui jugent que le drame et l’horreur ne sont pas si différents? L’horreur n’est qu’une tragédie écrite en majuscules.

    Mais ce n’est pas quelque chose que vous appelleriez une combustion lente. Ce n’est pas sous-estimé. C’est fort. C’est dans ton visage. Il y a beaucoup de sang. Il y a beaucoup de seins. Il y a beaucoup de seins sanglants. Et il n’y a aucune excuse pour tout cela, pas dans Bliss – il y a de l’exultation.

    Finalement, je suppose que Bliss est une horreur surnaturelle, jouant avec un trope assez populaire, ajoutant sa propre version du canon (franchement fatigué). Je vous en dirais plus, sauf peut-être que vous ne voulez pas être gâté. Mais vraiment, ça n’a pas d’importance, pas pour ce film. Il ne s’agit pas de l’intrigue, pas d’une sorte de torsion. Il s’agit du personnage et de l’imagerie.

    Il y a plusieurs raisons pour lesquelles Bliss fonctionne vraiment. Tout d’abord, le plomb est parfait. “Angsty”, oui, mais pas au point de la parodie. Madison nous emmène pour le trajet d’une manière que peu de gens pourraient. Deuxièmement, les visuels sont superbes. Une partie de cela est le tournage. Une partie est en cours d’édition. La majeure partie est juste d’avoir le courage de suivre la vision. Si Bliss fait partie Starry Eyes, il fait également partie de Beyond the Black Rainbow: le style avant tout. 8/10

  2. Pas de spoilers. En plus d’être vendu sur le synopsis, je n’avais pas vraiment d’idée sur ce que “Bliss” allait être, Joe Beggos avait en quelque sorte glissé sous mon radar auparavant. Je ne vais pas mentir, je prévois maintenant de regarder ses films précédents et d’attendre avec impatience ceux à venir.

    Je suis à peu près sûr que “Bliss” va trouver un endroit confortable avec seulement certains publics et je me rends compte que le reste va probablement le passer ou le regarder et aller comme “eww” avec une certaine insatisfaction. Pour moi, “Bliss” était une explosion de crainte de 80 minutes. C’est un film de grindhouse / art-house mesquin, un cauchemar alimenté par la drogue, le sexe, le sang, la saleté et une atmosphère qui ressemble à la catastrophe imminente. C’était facile d’être étonné, c’est peut-être le fait que c’est le genre de style que j’aimerais explorer en tant que cinéaste ou que la maison d’art est de loin mon sous-genre le plus préféré, mais à peu près tout dans ce film, le contenu sur le plan du film et du cinéma, c’était impressionnant. La performance principale de Dora Madison est sûre et solide, la cinématographie / montage / conception sonore est créative, laborieuse et ajoute beaucoup à l’atmosphère. Des accessoires fous pour la bande originale et la partition originale, entendu Electric Wizard et d’autres trucs formidables. La stimulation est rapide, l’ennui – inexistant. Représentation du monde souterrain – aussi sale qu’elle soit. Quant à l’intrigue, rien de plus n’était nécessaire, beaucoup peut être trouvé dans la narration visuelle agréablement chaotique.

    9 mois après le début de 2019, “Bliss” occupe une place de choix parmi mes films d’horreur préférés de cette année et quelque chose comme ça était bien nécessaire. Je recommande “Bliss” à tous ceux qui aiment les sous-genres d’horreur susmentionnés, qui sont dans la culture de la drogue ou du métal, ou qui aiment l’art sombre, tout art. Ma note: 8/10.

  3. Un film ambitieux qui ne peut tout simplement pas tenir le cap

    Au tout début de “Bliss”, un avertissement indique qu’il y a beaucoup de lumières clignotantes dans le film et que les épileptiques doivent être avertis. Maintenant, je ne suis pas épileptique, mais j’ai eu du mal à regarder le générique d’ouverture. C’était presque hypnotique, je voulais regarder ailleurs mais ne pouvais pas. Ce fut un indicateur précoce que ce serait un film très visuellement unique. Beaucoup d’images bizarres et fascinantes sont jetées sur le public. Ce n’est pas un aspect des films que je remarque généralement, mais je n’ai pas pu m’empêcher de le savoir dans ce cas.

    Le film avait un peu une ambiance de «Requiem for a Dream» à ce sujet, en particulier au début. Il y a beaucoup de consommation excessive de drogues dans le film – en fait, c’est plus ou moins de cela qu’il s’agit. Si vous voulez donner à vos enfants une leçon de «ne pas se droguer», ce pourrait être un bon film à leur jeter. Cela ne les glamourise pas du tout, en fait, cela les rend carrément méchants.

    Le dernier tiers de ce film change vraiment tout et en fait un film presque entièrement différent. Je suppose que c’est ce qui le fait entrer dans la catégorie “horreur”. Pour être honnête, c’était probablement mon élément le moins préféré du film. Je pouvais voir pourquoi ils étaient allés dans ce sens, et cela s’accordait à merveille avec la peinture qui est au cœur du film, mais cela n’a tout simplement pas fonctionné pour moi. Parce qu’aucun autre personnage ne reçoit de temps d’écran ou ne nous est présenté de toute façon, il était impossible de se soucier de l’un d’eux, et donc les scènes de fin avaient une intensité presque nulle.

    ‘Bliss’ est un petit film très rapide (assis à environ 80 minutes) qui contient des trucs vraiment intéressants, mais qui peine à tout combiner dans un package fluide. Les idées sont toutes là, l’exécution est légèrement décalée.
     

  4. Ce film, j’ai vu une affiche pour cela et j’ai entendu des rumeurs à ce sujet. Je sais qu’il a joué dans un festival de cinéma au théâtre auquel je suis membre. La personne qui fait la programmation de ce théâtre en a été assez impressionnée. Quand j’ai vu qu’il montrait le week-end suivant, j’ai décidé de le vérifier. Le synopsis est une peintre brillante confrontée au pire bloc créatif de sa vie qui se transforme en tout ce qu’elle peut pour achever son chef-d’œuvre, en spirale dans un paysage d’enfer hallucinatoire de drogues, de sexe et de meurtre dans le ventre louche de Los Angeles.

    Nous commençons cela dans l’appartement de Dezzy (Dora Madison). C’est une peintre qui est actuellement en difficulté. Elle n’a pas pu peindre depuis des mois. Elle regarde par-dessus une toile qui est censée être retournée pour une galerie et tout ce qu’elle a, c’est la base. Son petit ami, Clive (Jeremy Gardner), lui demande de lui faire un tour. Elle lui dit qu’elle n’a pas le temps, mais il la fait accepter. Le problème est qu’il la retarde. Au moment de leur départ, son propriétaire Lance (Mark Beltzman) lui crie alors qu’elle est derrière son loyer et il menace de la chasser. Elle le fait se calmer et lui promet le chèque.

    Elle va voir son agent, David (Chris McKenna) et il pose des questions sur la pièce avec laquelle elle était censée en finir. Elle demande une prolongation, mais il lui dit qu’il a besoin de quelque chose pour aller à Nikki St. Jean. Elle lui dit qu’elle ne peut pas faire ça et il la dépose en tant que cliente.

    Cela lui fait entrer dans une sorte de chute et elle appelle Hadrian (Graham Skipper). Elle lui demande s’il tient, car elle a besoin de quelque chose pour l’inspirer. Quand elle arrive chez lui, il y a trois gars qui jouent au poker. Ce sont Pops (George Wendt), Abe (Abraham Benrubi) et Bobby (Josh Ethier). Elle entre dans l’arrière-salle avec Hadrian et il lui montre les médicaments qu’il a. Elle décide de celui qui s’appelle Diablo et il lui donne un échantillon.

    Nous la voyons faire une cintreuse cette nuit-là qui la conduit à Courtney (Tru Collins) et Ronnie (Rhys Wakefield). Cela implique beaucoup de consommation de drogues et des relations sexuelles. Quand Dezzy en sort, elle a fait de la peinture, mais elle ne s’en souvient pas. Quand Clive arrive et lui demande de sortir pour boire un verre. Elle a eu des problèmes de drogue dans le passé et elle retombe dans les choses difficiles qui la mènent sur un chemin sombre qui se traduit par sa peinture, mais aussi dans une nouvelle dépendance qui prend la vie de ceux qui l’entourent.

    Maintenant, je suis heureux d’être entré aussi aveugle que je l’ai fait avec ce film, donc je n’avais aucune idée préconçue de ce à quoi m’attendre. Ce film a en fait un avertissement lorsqu’il démarre qu’il y a des lumières clignotantes que si vous êtes sensible aux crises, vous devriez éviter cela. La majeure partie de cela nous montre quelque chose de sauvage que Dezzy fait sous l’influence. Je vais partager quelque chose que j’ai évité de boire plus que je ne veux l’admettre, afin que je puisse vraiment ressentir ce qu’elle traverse. C’est vraiment effrayant de voir cela se jouer.

    Je vais passer à l’aspect peinture ici. Je trouve cela intéressant car lorsqu’elle était «sobre», elle ne pouvait pas peindre et s’était en fait mise dans une mauvaise position. Elle n’abandonne jamais l’alcool et la marijuana, mais juste les choses difficiles. Mais au moment où elle rechute, elle redevient créative. C’est un peu triste, mais j’ai entendu dire que certains artistes ont vraiment besoin d’être ouverts pour pouvoir produire.

    Alors que Dezzy travaille sur son chef-d’œuvre, elle blesse ceux qui l’entourent pour ce faire. J’aime que les visages du tableau semblent ressembler à ceux qu’elle a blessés pendant son black-out. Je peux vraiment voir comment les drogues et sa production peuvent réellement affecter la vie autour d’elle. Elle ne peut pas renoncer à cela, car elle a vraiment besoin de la retirer, même si cela la tue dans le processus.

    Il y a aussi un aspect surnaturel possible dans ce film. Ce que j’aime vraiment, c’est que lorsque nous le voyons pour la première fois, elle est sur une cintreuse. Nous ne savons pas si elle ne fait qu’halluciner les choses ou si elles se produisent vraiment. C’est une ligne fine à la pointe des pieds cependant. J’aime que cela nous montre la vérité et j’aime vraiment ce que la révélation lui est arrivée. Il est intéressant de noter qu’elle n’a pas beaucoup de maîtrise de soi, donc je pourrais acheter qu’elle ne serait pas en mesure de contrôler cette nouvelle dépendance.

    Je vais passer à côté du rythme du film, ce qui, je pense, est bon. J’aime que cela ne perde pas de temps à entrer dedans et se jette dedans. Cela crée vraiment de la tension en s’inquiétant de ce à quoi Dezzy est confronté. On voit qu’à chaque fois qu’elle perd le contrôle, elle se débat quand elle se réveille. J’aime comment ça se termine et voir le produit final sur lequel elle travaille. Le montage est également intéressant ici. Cela nous montre vraiment ses pannes et comment les choses sont étranges. Comme je l’ai dit plus tôt, c’est ainsi que je me souviens de certaines choses pendant la mienne car elles sont assez incohérentes.
     
    Pour le jeu ici, je pensais que Madison était super. Au début, nous voyons qu’elle est un peu désespérée. Elle n’a pas pu peindre depuis des mois et ça la porte. Nous la voyons ensuite rechuter et elle tombe dans la folie induite par la drogue. Je ressens pour elle, même si elle a vraiment besoin d’aide. Nous obtenons une croissance de caractère, c’est juste négatif. Elle est également très attirante et nous pouvons la voir nue, ce qui ne me dérangeait pas du tout. Collins est intéressant aussi bien que Wakefield. Ce sont vraiment de mauvaises influences et ce ne sont que des esprits libres. Gardner est une sorte de connard, mais j’ai aimé qu’il se soucie vraiment de Dezzy, il n’est tout simplement pas le meilleur pour elle. Skipper et le reste du casting complètent définitivement le film pour ce qui était nécessaire, avec de belles camées de Wendt et Benrubi.

    Quant aux effets du film, je pense qu’ils étaient aussi très bons. J’ai mentionné qu’il y avait un peu une sensation psychédélique pendant qu’elle était haute. Comme je n’ai jamais pris de médicaments qui me feraient ça, je suppose simplement que c’est ainsi que ça va être vécu. J’ai l’impression qu’il y a un peu de flou quand il fait jour, ce qui ressemble à une gueule de bois. Je peux confirmer ce que ça fait. En partant de là, le sang et le sang-froid que nous recevons étaient vraiment bons. Cela a été fait pratiquement et avait l’air vraiment bien si je suis honnête. Je ne m’attendais pas du tout à ça. Il est très bien tourné, si vous ne pouviez pas le dire en le faisant passer pour quelqu’un de haut et perdant le contrôle.

    La dernière chose à couvrir serait la bande originale. Je pensais que cela convenait parfaitement au film. En fait, cela a vraiment amélioré certaines scènes, car je pouvais sentir le sentiment de peur ou d’anxiété grandir vraiment. Ce n’est pas nécessairement de la musique que je revisiterais, mais ça marche vraiment pour ce dont ils avaient besoin.

    Cela dit, j’ai vraiment apprécié ce film. Je ne savais pas vraiment dans quoi je m’embarquais, mais ce que j’ai vu m’a époustouflé. Il y a certainement un récit édifiant sur la consommation de drogues et la perte de contrôle. Ce que nous voyons dans le film, je pense que c’est une bonne représentation d’aller trop loin avec eux, par expérience personnelle. J’aime que nous construisions à l’aspect surnaturel et c’était définitivement intéressant. Je pense que le jeu de Madison était vraiment bon et a donné vie à cela. Le reste de la distribution a vraiment répondu à leurs besoins. Il est rythmé d’une manière où il n’a jamais été ennuyeux, il saute directement et avec une durée de fonctionnement de 80 minutes, il ne dure donc pas trop longtemps. Les effets étaient vraiment bons et la bande sonore convenait à leurs besoins, avec des moments où cela améliorait vraiment les scènes. J’avoue, j’adore ce film et je suis candidat à mon film préféré de l’année. J’ai trouvé cela incroyable si je suis parfaitement honnête.