Alice et le maire

Alice et le maire
Réalisateur(s) : Nicolas Pariser
Acteur(s) : Anaïs Demoustier, Fabrice Luchini, Nora Hamzawi
Catégorie(s) : Comedie, Drame
Qualité : HDlight 720p - 1080p

Regarder Alice et le maire en streaming :

video

Télécharger Alice et le maire :

Uptobox Uptodown HDlight 720p (VF)
Uptobox Uptodown HDlight 1080p (VF)

Alice et le maire synopsis :

Le maire de Lyon est en crise existentielle. Après 30 ans de vie politique, il se sent totalement vide et sans idées. Pour résoudre ce problème, ses assistants amènent un brillant jeune philosophe dans son cercle intime.
Titre international : Alice and the mayor

Théme de la page :

Alice et le maire streaming vf
Google Drive Alice et le maire HD
Alice et le maire en streaming légal

Alice et le maire critique du film :

1 commentaire pour le film “Alice et le maire” :

  1. Tonifiant et délibérément absurde

    Dès le début, nous reconnaissons facilement l’atmosphère agitée, malicieuse et désenchantée de Quai d’Orsay (2013) (beaucoup) et de L’exercice de l’État (2011) (un peu), inspirés de toute évidence par l’univers de Éric Rohmer.

    Paul Théraneau (Fabrice Luchini) est l’actuel maire de Lyon et en pleine crise existentielle. Il se compare à une Formule 1 avec un moteur surpuissant, mais en panne d’essence et en mouvement grâce à l’inertie plus qu’autre chose. Il craint que son électorat le remarque. Il recrute ainsi Alice Heimann (Anaïs Demoustier), une femme aussi brillante que jeune et dont la carrière est limitée à celle de chaire au sein de la prestigieuse université d’Oxford. Elle est évidemment intelligente, mais son inexpérience politique et professionnelle contrastera rapidement avec l’atmosphère de la tanière des lions qui règne à la mairie de Lyon et au parti socialiste français.

    Au-delà de la complicité très vite développée entre Paul et Alice, le film mêle habilement politique (Fabrice Luchini), philosophie (Anaïs Demoustier), communication (Antoine Reinartz), tradition (Pascal Rénéric), art (Maud Wyler), amitié (Alexandre Steiger), l’inutilité (Nora Hamzawi), … Malgré quelques légères difficultés, le résultat est fondamentalement réussi. J’ai vraiment apprécié la qualité évidente des dialogues et de ces excellents jeux d’acteur autour de Fabrice Luchini.

    En synthèse: 8 sur 10